Le Reblochon, c’est top bon !

Connaissez-vous le Reblochon? Je l’espère car pour ne pas connaitre il faudrait vivre sur Mars où la vie doit être moins sympa que sur notre belle planète ! En tout cas, vous passez vraiment à côté d’un délice.

Un Reblochon fermier de Thônes

Tout d’abord, il faut prononcer correctement: pas de roblochon s’il vous plait, mais reblochon. Pourquoi ? Et bien c’est historique. L’histoire commence au 13e siècle dans les Alpages de la vallée de Thônes. Le clergé et la noblesse locale réclamaient aux paysans un impôt d’un montant calculé sur le volume de lait produit par le troupeau pendant une journée. Le jour du contrôle, le fermier savoyard imaginatif, pratiquait une traite incomplète pour produire un volume réduit, base du calcul de l’impôt. Une fois les contrôleurs partis, la seconde traite (« la re-bloche », puisque blocher signifie en patois, pincer les pis de vache) moins abondante mais très riche en crème, a été utilisée pour fabriquer le Reblochon.

Le Reblochon est un fromage au lait cru entier, à pâte légèrement pressée, donc non cuite. Au bout des 3 semaines d’affinage, sa forme est assez plate et ronde d’environ 14 cm de diamètre et de 3-4 cm d’épaisseur. Et d’un poids proche de 500g. Sa pâte onctueuse est de couleur ivoire et demeure souple. Le Reblochon présente une fine couche blanche sur une mince croute jaune orangé. Il faut 9 litres de lait pour produire 2 Reblochons (détails).

Une pointe de Reblochon ?

Une pastille est incluse dans la croute qui peut être de deux couleurs suivant que l’on affaire à un Reblochon Fermier ou une Reblochon Fruitier (ou Laitier). Portant une pastille verte, le Reblochon Fermier est fabriqué 2 fois par jour juste après la traite avec le lait d’un seul troupeau de vaches. Alors que le Reblochon Laitier, avec une pastille rouge, est fabriqué 1 fois par jour avec le lait de plusieurs exploitations.

Le Reblochon fait partie des 48 fromages ayant une AOC; elle a été obtenue en 1958. Au début du 20e siècle, la production était de l’ordre de 40 tonnes par an alors qu’en 2007, celle-ci a atteint 15600t dont 16% en fermier. Et oui, il y en a des amateurs !

Paturages du col des Annes, le Grand Bornant

Le Reblochon est onctueux et parfumé surtout en été, c’est pour ça qu’on l’apprécie. On entend les cloches des vaches dans nos montagnes et hautes vallées du massif des Aravis. La zone de production englobe donc une bonne partie de la Haute Savoie et une petite partie de la Savoie. Il ya bien sur de compétitions de Reblochon (voir les médailles 2011).

En espérant un pain qui a de la tenue, il se découvre sur un plateau de fromage en fin de repas, taillé en pointe pour lui voir le cœur qui s’est mis au moelleux idéalement à 16°C. Avec lui, Mercurey et les Monthélie font des merveilles. On y pense pareillement en apéritif en petits cubes et là ce sera les blancs comme la Roussette ou les Chignin Bergeron mais aussi des Pouilly ou Chorey les Beaune. A cette occasion, Reblochon courtise la tomate séchée et le jambon sec et autres ingrédients aromatiques dans des verrines.

Patience, ils vont bientôt être prêts...

Avec un tel moelleux, il fait monter la température et alors il s’apprivoise en fondant de plaisir dans les fameuses tartiflettes, en compagnie de lardons, oignons et pommes de terre. Dans les gratins, il excelle en équipage gratiné avec le chou-fleur, l’endive ou le céleri. Mais les quiches ne lui font pas peur et même dans ses petits chaussons sous forme de ravioles, de samossas ou d’aumônières aux légumes et champignons. Reblochon s’accorde merveilleusement bien de la polenta toute simple, ils sont presque du même pays ! Il côtoie aussi le riz et les carottes en équipage avec des aiguillettes de volaille épicée. On n’ignorera pas les cakes au Reblochon. Certains vont même jusqu’à le mettre en escorte sucrée en compagnie de mirabelles ou poires au caramel.

On n’oublie pas que, comme tous les produits laitiers, il contient du cholestérol et des acides gras saturés et même si on l’adore il faut de temps en temps oublier un peu Reblochon et sa bonne densité nutritionnelle pour aller courir dans les montagnes et dépenser toutes ces calories au grand air !

Publicités

2 réflexions sur “Le Reblochon, c’est top bon !

  1. Merci, je suis contente, je ne connaissais pas l’origine de la re bloche.
    Que n’aurait fait un haut savoyard pour déjouer le fisc ! 😉 en tous cas, je suis très heureuse du résultat.

    Ya bon reblochon.

    Arvi Den

    Ps : surtout, à tous ceux qui ne connaissent pas vraiment le reblochon, ne faites jamais une tartiflette avec du fromage à tartiflette vendu dans les supermarchés !!!
    CE N EST PAS DU REBLOCHON, Ça ne sera pas une tartiflette.
    Tartiflette = reblochon

    J'aime

    • Je savais que ça te plairait…

      Concernant la fausse tartiflette, l’industrie agroalimentaire est très
      perspicace pour les ersatz et la rentabilité. Je ne savais pas que c’était
      possible mais ce n’est pas demain que je vais essayer !
      bonne journée

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s