Grande guerre: dégâts collatéraux

Light-between-OceansLors de mes voyages à l’étranger, je ramène parfois des livres, surtout en terres anglophones. Celui relaté aujourd’hui date déjà de quelque temps et je l’ai lu l’année dernière en pleine commémoration de la grande guerre.

C’est justement un rescapé des horreurs de cette guerre qui est un des principaux personnages du premier roman de l’Australienne Margot L. Stedman: The light between oceans. L’ayant lu dans le texte car à l’époque il n’y avait pas de traduction, je viens d’apprendre qu’il est récemment traduit en français, pour ceux qui boycottent l’australien: Une vie entre deux océans (Stock). On dit que ce roman doit être adapté prochainement au cinéma.

lightOc-1De retour en Australie, Tom Sherbourne veut laisser loin derrière lui en Europe, la boue et les tueries sanguinaires des tranchées de la première guerre mondiale. Ayant répondu à une annonce pour être gardien de phare, il va donc s’installer sur l’île de Janus, petit bout de terre, ballotté par deux océans. Avec cette activité, il pourra vivre enfin au calme dont il rêve avant le renouvellement du gardien tous les six mois. Avant d’embarquer pour ce caillou de quelques hectares, il a fait la connaissance de la jeune et bouillante Isabel. Des lettres sont échangées, ils se revoient, s’aiment et finissent par se marier. C’est pleine d’espoir qu’Isabel suit son mari pour organiser leur vie sur la petite île, loin de tout.

Janus Rock est une île battue par les vents situés au large de la côte ouest de l’Australie. Avec juste un peu d’herbe pour quelques moutons, des chèvres et une poignée de poulets, et de quoi s’occuper en cultivant un maigre potager, il y a le phare, la lumière entre l’océan Indien et l’océan Austral dont les relevés et l’entretien occupent scrupuleusement Tom. Après la guerre meurtrière, dorénavant il est heureux de sauver des vies …

lightOc-3Leur dure vie commune commence ainsi et si leurs sentiments ne connaissent aucune ombre, leur bonheur est cependant obscurci par l’absence d’enfant. Après deux fausses couches et un enfant mort-né, sur son ile déserte Isabel est plus que déprimée. Alors quand une barque s’échoue sur leur unique plage avec à son bord un homme mort et un bébé vigoureux, elle n’a aucun doute : c’est un merveilleux présent de Dieu pour lui faire oublier les difficultés. Tom se doit de signaler l’évènement aux autorités mais Isabel a subitement si bon moral que cela le dissuade, et ils décident alors d’élever la petite Lucy comme si elle était issue de leur amour. Mais la terrible réalité les rattrape: Lucy a une mère qui espère son retour depuis quatre ans, une mère qui se meurt rongée par cette absence. Isabel décide de se taire alors que Tom, rongé par la culpabilité, ne supporte pas de garder le secret.

C’est un roman poignant à deux têtes, comme Janus: le bien, le mal, le mensonge, la vérité. Dans une nature hostile et tourmentée très puritaine, s’expriment les pires éclats de la dualité de la nature humaine : l’amour, la dénonciation, la culpabilité, le pardon. Une vie entre deux océans, entre deux familles pour la petite Lucy.

Le bonheur des uns fait il le malheur des autres ? On discerne les dégâts collatéraux de la grande guerre jusqu’à l’autre bout du monde.

Un livre remarquable !

lightOc-2

Publicités

7 réflexions sur “Grande guerre: dégâts collatéraux

  1. Tu nous mets l’eau littéraire à la bouche en faisant une belle approche pour ce roman.
    Parfois, le bonheur des uns fait le malheur des autres; à moins qu’il ne s’agisse de la destiné. Surmonter une épreuve pour atteindre la sérénité? La vie est dure, douce, amère et sucrée à la fois.
    Je te souhaite un week-end bien ensoleillé et doux 🙂
    Bises

    J'aime

    • Coucou
      Merci pour ton commentaire.
      La destinée …hum; c’est peut être tout simplement la vie …;-) Il y a des aspects sur lesquels on peut agir ou tenter de prendre les bonnes décisions…
      Je vais aller me faire mal aux pattes en brassant la neige vue l’épaisseur et j’ai un doute sur la douceur…
      Bon WE à toi !
      Bises

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s